Jean-Marc Brault de Bournonville, l’Africain

 

Jean-Marc Brault de Bournonville entouré de Catherine Salez et Yves Morin

Encore un enregistrement passionnant dans les locaux de Ré-Télé. Jean-Marc Brault de Bournonville, ancien président des Conseillers du Commerce extérieur de la France, ayant longtemps résidé en Afrique a raconté sa vision de ce continent à Catherine Salez, sous les caméras d’Yves Morin.

Directeur de différentes filiales AGF en Afrique, Jean-Marc Brault de Bournonville possède une connaissance approfondie,  aussi bien culturellement qu’économiquement, de ce continent. Il a, parmi les sujets abordés, parlé du nouveau rôle de la France en Afrique, des Africains qui doivent prendre leur destin en main et du rôle important de la femme sans qui l’avenir ne se fera pas. Un « Studio » dense et particulièrement intéressant à l’heure où de nouvelles relations se mettent en place entre l’Afrique et l’Europe. À visionner en janvier 2018

Catherine Bréjat – 21 décembre 2017

Un Préfet dynamique !

Il n’est là que depuis cinq mois, mais très actif déjà, le nouveau Préfet de Charente-Maritime, Fabrice Rigoulet-Roze, s’est exprimé, avec le dynamisme qu’on lui découvre, devant les caméras de Ré-Télé.

Il a rappelé qu’il était « pour l’intelligence collective et le dialogue qui permettent de trouver les meilleures solutions pour l’intérêt général » et s’est plus particulièrement attardé sur deux grands thèmes. La Police de Sécurité au Quotidien (P.S.Q.) tout d’bord et le FaceBook Live qui donne d’excellents résultats et plus longuement sur Les Ambassadeurs de l’Emploi, dispositif essentiel pour le développement économique du département.

Un studio très intéressant que vous découvrirez, sans aucun doute avec beaucoup d’intérêt, à partir du 21 décembre à 18 heures sur Ré-Télé.fr

Catherine Bréjat – 8 décembre 2017

Olivier Falorni dans les studios de Ré-Télé

Enregistrement ce-jour d’Olivier Falorni à Ré-Télé. Ne ratez pas le « studio » qui sera mis en ligne jeudi soir 7 décembre, il est particulièrement intéressant. Interviewé par Catherine Salez, Olivier Falorni y aborde l’actualité de ses grands chevaux de bataille que sont la fin de vie, les prisons … mais aussi la saliculture qu’il s’attache à faire reconnaître comme activité agricole, et dans u n registre plus léger, l’ambiance qui règne dans l’hémicycle !

Catherine Bréjat – 4 décembre 2017

Les noces d’étain de Ré à la Hune avec l’île de Ré

Le « studio » de Nathalie Vauchez, réalisé par Yves Morin, fondateur d’Astragale-Prod, et animé par Catherine Salez est en ligne depuis le 10 novembre, un peu en avance sur le 10e anniversaire de Ré à la Hune qui aura lieu en décembre prochain.

Au cours d’un entretien dynamique et structuré, Nathalie Vauchez a rappelé comment, durant une enfance passée en Afrique, l’île de Ré avait toujours été son ancrage. Ayant décidé de vivre et de travailler différemment, c’est tout naturellement qu’elle est venue s’y installer définitivement il y a une vingtaine d’années. Branchée économie et marketing, Nathalie s’est beaucoup investie dans la vie citoyenne de l’île et en particulier dans le Conseil de Développement où un important travail de réflexion a été mené en compagnie de ses collègues, parmi lesquels Thierry Poitte et Michel Lardeux. Elle a ainsi acquis une profonde connaissance de l’île, de ses rouages politiques et économiques, qui sera ultérieurement un véritable atout dans le développement de Ré à la Hune.

Il n’est pas dans notre intention de reprendre ici tout ce que Nathalie raconte si bien dans cette longue conversation avec Catherine Salez, mais nous vous recommandons d’aller y jeter un coup d’œil car la création de Ré à la Hune correspond à un moment important de l’évolution de la presse dans l’île. Ré à la Hune est le premier support gratuit d’actualité et d’information de l’île et il a été très rapidement accompagné d’un site, accessible sur Facebook et enrichi d’une « newsletter » permettant une grande réactivité par rapport aux événements ainsi qu’une visibilité accrue pour ce titre en dehors de l’île et en particulier en région parisienne. Sa conception rédactionnelle n’a cessé d’évoluer : organisation et retranscription de débats lors des élections législatives, rédaction de portraits pour faire connaître ceux dont on ne parle pas mais qui agissent pour le bien de la population, des signatures nombreuses et variées afin que chaque lecteur y trouve son compte.

Le modèle économique est sans aucun doute une réussite puisque Nathalie a lancé, il y a dix-huit mois RMO à la Hune dont la zone de diffusion va de Royan à Oléron en couvrant tout le bassin de Marennes !

Catherine Bréjat – 13 novembre 2017

Ré-Télé : enquête au collège Savio

Journée de reportage au Collège Savio, en pleine campagne melloise, pour Yves Morin et Catherine Salez de Ré-Télé le 8 février 2017. But avoué : comprendre pourquoi et comment cette école hors-norme obtient d’excellents résultats dans des délais souvent courts.

On parle de plus en plus de ce collège à taille humaine aux résultats spectaculaires en dehors des frontières du département qui l’abrite, si bien que ses élèves sont originaires de la France entière, de Paris, Rennes, Bordeaux… et parfois d’Outre-mer. Catherine et Yves ont voulu pénétrer ce qui fait le caractère exceptionnel de cette école accueillant les enfants depuis les petites classes jusqu’à la 3e et les préparant au Brevet des Collèges. Ils ont entendu 14 enfants et adolescents, Christophe Labrousse, directeur, quatre éducateurs et la cuisinière nouvellement arrivée à Savio, qui tenait à faire part de sa joie de participer à une telle aventure.

Chacun des enfants après avoir indiqué pourquoi et comment il était arrivé à Savio, devait expliquer les changements intervenus dans son comportement et les bienfaits psychiques, éventuellement scolaires, tirés de son séjour dans cette école adossée à un internat. Les résultats scolaires ne sont pas la priorité ici, car tant qu’un enfant ne va pas bien dans sa tête, il ne peut se consacrer à l’enseignement prodigué. L’élève devait ensuite qualifier le Collège en indiquant trois mots.

Sans déflorer le reportage qu’Yves Morin mettra prochainement en ligne, ce qui frappe chez ces enfants, dont certains ont une histoire personnelle très dure, c’est qu’ils ont l’air apaisé et, pour les plus marqués par la vie, semblent avoir trouvé une étape paisible, un havre de paix où se ressourcer. Tous, des plus jeunes, dix ans, aux plus âgés, seize ans, s’expriment aisément devant une caméra. Certes, avec leurs mots, mais ils restent maîtres de leur discours, ne disant que ce qu’ils veulent bien dire et taisant ce qui n’est pas encore cicatrisé. C’était le deal du départ : ils parlaient s’ils le souhaitaient donc pas d’étonnement à ce sujet, mais quand même, une maîtrise remarquable pour de si jeunes personnes.

Parmi les qualificatifs demandés aux enfants, il en est qui sont revenus à plusieurs reprises, dont familial, quatre fois, éducatif ou éducation, quatre fois également, convivial deux fois et celui apportant le plus d’ouverture, tremplin, deux fois. Jordan, l’un des éducateurs, utilisera lui aussi le mot tremplin avec le sens d’espoir et de seconde chance possible.

Les parents qui sont intéressés par le sujet peuvent, en attendant la mise en ligne de ce reportage, visionner « Le Studio » (www.ile2r), consacré à Christophe Labrousse, en décembre dernier, pour le lancement de l’école des parents intitulée : « Le Cercle des Parents pas Carrés ».

Catherine Bréjat

Gaspillage alimentaire : les lycées en ligne de mire

La région Nouvelle-Aquitaine a organisé le 9 novembre à Poitiers, en partenariat avec l’association CREPAQ (1) , la DRAAF (2) , l’ADEME (3) , et la FNE (4) , la deuxième étape des Assises de la lutte contre le gaspillage alimentai,e consacrées plus particulièrement à l’ex-région Poitou-Charentes. Soraya Ammouche, conseillère régionale et élue de La Rochelle, y était, nous l’avons rencontrée.

Depuis le 1er septembre 2016, la loi TECV (loi de transition énergétique pour la croissance verte) oblige les établissements de restauration collective gérés par les collectivités à mettre en place une démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire. Élue à la Région depuis cette année, Soraya Ammouche, tout en conservant certaines de ses responsabilités à la ville et à l’agglo, est concernée par l’élaboration d’un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire. Les cantines des lycées sont les premières sur la sellette « l’objectif étant, comme elle l’explique, de réduire de 20% le gaspillage alimentaire dans les lycées de la Région. C’est une question délicate, car elle touche aux habitudes alimentaires, et complexe parce que les enjeux sont à la fois d’ordre économique, environnemental et éthique. »

Qu’entend-on par gaspillage alimentaire ? Jeter à la poubelle des denrées qui auraient pu être consommée, relève du gaspillage alimentaire, qu’il ne faut pas confondre avec les déchets alimentaires. La moyenne nationale de ce qui reste dans les assiettes de nos lycéens déjeunant à la cantine est de 140 gr de nourriture, par enfant et par repas, qui vont directement à la poubelle. Après un travail remarquable des équipes et une sensibilisation intelligente des enfants, un lycée de Bordeaux a réussi à réduire ce chiffre à 30 gr. Cela montre l’impact qu’une démarche régulière peut avoir sur les 296 lycées de la Nouvelle-Aquitaine et leurs 25 millions de repas servis.

Soraya Ammouche dans les locaux de Ré-Télé lors de l'enregistrement de l'émission Studio
Soraya Ammouche dans les locaux de Ré-Télé lors de l’enregistrement de l’émission Studio

Une indispensable action collective et quotidienne

Soraya Ammouche insiste sur le fait que : « le gaspillage alimentaire concerne tous les acteurs de la chaîne alimentaire depuis le producteur jusqu’à l’élève. Les cuisiniers seuls ne peuvent juguler ces pertes et l’action menée doit être quotidienne et collective. » Dans les lycées la sensibilisation des enfants reste le meilleur moyen d’avancer ; ils doivent comprendre qu’ils ont le pouvoir d’agir. Beaucoup de choses passent par l’éducation et l’exemple. Les solutions pratiques envisagées et dont certaines sont déjà appliquées, vont de l’adaptation à l’appétit des adolescents avec des portions plus petites et possibilité de se resservir à des mesures comme des tables de tri des déchets ou la création et l’entretien de potagers éducatifs.

Afin d’être au plus près des territoires, ces assises se sont déroulées en trois temps. D’abord à Bordeaux le 14 juin pour l’ex-région Aquitaine, puis à Poitiers le 9 novembre et à Limoges le 6 décembre pour l’ancienne région Limousin. Ce modus operandi devrait faciliter la mise en place des actions, tenant compte de ce qui a déjà été réalisé et des spécificités de chacun. Comme le dit encore Soraya Ammouche : « Ne nous leurrons pas, cela prendra du temps ».

Catherine Bréjat

  • CREPAQ : Centre de Ressources d’Écologie Pédagogique d’Aquitaine
  • DRAAF – Direction Régionale de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt
  • ADEME : Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie
  • FNE : France Nature Environnement

 

Valérie Demars et l’aromaparfumerie

Ne ratez pas, jeudi 4 février, « Le Studio » de Catherine Salez sur Ré Télé. L’émission sera consacrée à Valérie Demars, créatrice des parfums Aimée de Mars. Valérie expliquera entre autres le concept de l’aromaparfumerie qu’elle a développé, lui permettant d’élaborer des parfums « corps et âmes » qui agissent sur notre physique.    www.re.tele.fr

Catherine Bréjat

Valérie Demars en compagnie de Catherine Salez et d'Yves Morin durant l'enregistrement de l'émission
Valérie Demars en compagnie de Catherine Salez et d’Yves Morin durant l’enregistrement de l’émission l

École Savio : one more time

Catherine Salez a interviewé pour l’émission « Le Studio », le 12 novembre, Christophe Labrousse, directeur-fondateur du Collège Dominique Savio à Saint-Léger de la Martinière dans les Deux-Sèvres. Une émission que vous pouvez visionner sur Ré-Télé.fr

Le travail du Collège Dominique Savio auprès des enfants en rupture scolaire consiste à leur redonner confiance en eux-mêmes et à combler les lacunes avant qu’ils ne réintègrent le cursus de l’Education Nationale. Christophe Labrousse, dont vous trouverez un portrait sur mon blog, obtient des résultats très intéressants qui commencent à attirer l’attention de l’Éducation Nationale – il a rencontré le ministre Najat Vallaud-Belkacem courant octobre -, ainsi que celle des médias. Il était temps, le Collège Dominique Savio s’apprête à fêter son 20e anniversaire en juin 2016. Nous vous recommandons de visualiser l’émission de Catherine Salez sur Ré-Télé.fr et de vous reporter au site web de l’école qui vous donnera toutes les informations nécessaires sur la création de l’école, son histoire, son programme pédagogique, son équipe enseignante, ses résultats, etc.

Catherine Bréjat – novembre 2016

Le Studio – Ré-Télé.fr

www.ecolesavio.fr