Les noces d’étain de Ré à la Hune avec l’île de Ré

Le « studio » de Nathalie Vauchez, réalisé par Yves Morin, fondateur d’Astragale-Prod, et animé par Catherine Salez est en ligne depuis le 10 novembre, un peu en avance sur le 10e anniversaire de Ré à la Hune qui aura lieu en décembre prochain.

Au cours d’un entretien dynamique et structuré, Nathalie Vauchez a rappelé comment, durant une enfance passée en Afrique, l’île de Ré avait toujours été son ancrage. Ayant décidé de vivre et de travailler différemment, c’est tout naturellement qu’elle est venue s’y installer définitivement il y a une vingtaine d’années. Branchée économie et marketing, Nathalie s’est beaucoup investie dans la vie citoyenne de l’île et en particulier dans le Conseil de Développement où un important travail de réflexion a été mené en compagnie de ses collègues, parmi lesquels Thierry Poitte et Michel Lardeux. Elle a ainsi acquis une profonde connaissance de l’île, de ses rouages politiques et économiques, qui sera ultérieurement un véritable atout dans le développement de Ré à la Hune.

Il n’est pas dans notre intention de reprendre ici tout ce que Nathalie raconte si bien dans cette longue conversation avec Catherine Salez, mais nous vous recommandons d’aller y jeter un coup d’œil car la création de Ré à la Hune correspond à un moment important de l’évolution de la presse dans l’île. Ré à la Hune est le premier support gratuit d’actualité et d’information de l’île et il a été très rapidement accompagné d’un site, accessible sur Facebook et enrichi d’une « newsletter » permettant une grande réactivité par rapport aux événements ainsi qu’une visibilité accrue pour ce titre en dehors de l’île et en particulier en région parisienne. Sa conception rédactionnelle n’a cessé d’évoluer : organisation et retranscription de débats lors des élections législatives, rédaction de portraits pour faire connaître ceux dont on ne parle pas mais qui agissent pour le bien de la population, des signatures nombreuses et variées afin que chaque lecteur y trouve son compte.

Le modèle économique est sans aucun doute une réussite puisque Nathalie a lancé, il y a dix-huit mois RMO à la Hune dont la zone de diffusion va de Royan à Oléron en couvrant tout le bassin de Marennes !

Catherine Bréjat – 13 novembre 2017